Hommage à Didier Davin

J'avais écrit cette article pour le site lebivouac.com avec mon ami Didier Davin parti trop tôt

 

TROMPETTE-MAJOR DE LANCIERS ROUGES EN 1811 en grande tenue

Uniformologie par Didier Davin
Figurine par JP De Soza 

Le deuxième régiment des Chevau -Legers de la Garde Impériale (connu sous son surnom de Lanciers Rouges) fut formé en Septembre 1810, essentiellement à partir de cavaliers de la Garde Royale Hollandaise, lorsque la Hollande fut rattachée à l'Empire. 
Durant l'année 1811, l'organisation et l'équipement du régiment furent améliorés et il fut doté de la lance. D'autres cavaliers hollandais vinrent renforcer les effectifs. Ce n'est d'ailleurs qu'en Février 1811 que sa tenue fut fixée. Le général de Brigade Colbert vint en prendre le commandement en Mai. 
Les premiers escadrons formés étaient de Vieille Garde, ils furent rejoints en 1813 par des escadrons de Jeune Garde. 
L'uniforme de parade fut prêt pour le 15 Août 1811, jour de la fête de l' Empereur, où une grande revue eut lieu. Rappelons qu' il y avait 6 trompettes par escadron. 
Le trompette Major et les trois brigadiers trompettes s'étaient fait faire en plus de la tenue de fond blanc distinguée d' écarlate, avec le pantalon écarlate et le tout largement galonné d'or, des colbacks de fourrure blanche à flamme écarlate (au lieu de la schapska blanche de grande tenue des trompettes) qui avaient couté 51 francs et les cordons 36 francs! Les cordons du colback et de la trompette mêlent l'or et l'écarlate. 
On remarquera aussi que notre homme porte son sabre attaché auprès d' un petit ceinturon de cavalerie légère et porte en même temps une ceinture "à la polonaise" largement ornementée mais sans plaque. Sa banderole et sa giberne sont bien entendu très largement ornées d' or. 
La flamme de trompette nous est "heureusement" parvenue puisqu' on en retrouva en Russie lors de la Retraite et une autre lors de la campagne de 1813. 

 

AMELIORATION DU TROMPETTE-MAJOR DE LANCIERS ROUGES PEGASO 75mm


Avant de commencer à peindre des figurines, j'ai débuté dans le modelisme par le kit automobile au 1/43éme. A l'époque je me faisais un petit plaisir à reproduire tous les petits détails : boucles en cuir, attache-capot. Lorsque que j'ai vu la figurine éditée par la marque Pegaso, je me suis dit qu'il y avait matière à une amélioration. Les imperatifs de moulage obligent à des aproximations mais compte tenu de l'échelle, on peut facilement corriger le tir. 

Premier bilan rapide avant de commencer le "chantier" : le pompon de flamme n'est pas alligner et coller au bonnet, les pompons de raquettes sont aussi plaqués et ne donnent pas l'impression de pendre, l'aiguillette manque de légèreté, la flamme et les franges sont trop epaisses, les belières du sabre aussi.... 
Pour la boucle de ceinturon, ce n'est pas une amélioration mais une correction car en principe notre trompette major en grande tenue n'en a pas : source Rousselot, Jouineau et Courcelle. 

Documentations 
Planche Rousselot n°88 
Men-at-arms : Napoleon's Red lancer 
La garde impériale Tome 3 Histoire et Collections 

Outillage 
Perceuse miniature avec un variateur 
Fer à souder 60W, l'idèal avec un thermostat 
Fils de cuivre ou laiton de différentes tailles 
Foret de petites tailles 

Fabrication des pompons  

  • Etape 1 : Couper un morceau de tige laiton ø1,5, le serrer dans le mandrin de la perceuse et faire une gorge avec une lime triangulaire. Cela permettra de positionner un anneau de laiton 
  • Etape 2 : Positionner un anneau formé au préalable sur une queue de foret 
  • Etape 3 : Souder l'anneau avec de l'étain. Pour faciliter le "mouillage de la soudure", utiliser un decapant de plomberie qui permet de baisser la temperature de soudure et d'avoir un résultat propre (moins d'oxydation). Former le haut du pompon avec une lime en faisant tourner la tige. 
  • Etape 4 : Former l'embase, il faut aussi percer le haut, j'avoue que cela n'est pas simple. On peut faire un petit plat et pointer le perçage avec un petit clou (le laiton reste relativement tendre). 
  • Etape 5 : Couper l'ame du pompon à la bonne longueur. Commencer à coller à la colle cyano gel une rangée de fils torsadés. Cette couche est là pour donner du volume à la fin 
  • Etape 6 : Coller des brins en pétales à la colle cyano gel. Je vous conseille de ne pas recuire ces brins (passage sous une flamme) car cela permet d'avoir un peu de rigidité pour l'étape suivante 
  • Etape 7 : Après avoir attendu le séchage de la colle, on replie les brins vers le bas. La petite rigidité des brins permet d'obtenir une courbure régulière. Coller un petit bout de fil qui vous facilitera l'assemblage 

 

Début des travaux  

Commençons par le haut, aprés avoir supprimer les pompons d'origine, bien dégager autour et resculpter le bonnet au niveau des raquettes. Avec un foret de ø0,4, percer les trous qui viendront recevoir les nouvelles pièces. Le tressage se fait avec du fil de laiton ø0,4 que l'on trouve soit dans les accesoires d'accastillages ou dans les rayons de fabrication de bijoux en perles. Il faut obligatoirement chauffer votre fil avant le tressage, ça le ramollira. Le tressage doit se faire très serré, pour cela n'hésitez pas à serrer vos trois fils dans un étau et s'il le faut, rechauffez votre fil. 
Supprimer l'aiguillette d'origine, garder que l'extremité de l'attache sur le devant. On voit que l'aiguillette a été collé à la banderole pour les besoins de la fonderie. Coller le bras et combler au milliput le creux sur l'avant qui servait à positionner un des pièces de l'aiguillette. 
Faire disparaitre la boucle de ceinturon. Une precision doit être apportée ; soit vous gardez le ceinturon à boucle et vous supprimez le petit ceinturon de cavalerie légère ou inversement mais en aucun cas les deux.  

Sur cette magnifique figurine, l'effort à faire est sans doute sur la flamme de trompette. Suite à un premier essai de franges torsadées, l'epaisseur de la flamme étaient trop importante. la seule solution était d'en refaire une. Il vous faudra une bonne dose d'humilité car il est possible que vous en fassiez plusieurs pour arriver au bon résultat. J'ai chois l'option "laiton" car c'est une matière qui est soudable, de plus une fois mise en forme, elle ne bouge plus et est facilement manipulable contrairement à la feuille de plomb. Une autre option est d'utiliser du milliput ou autres pâtes. Pour les dimensions reprendre celle d'origine. Le plus important lors de la mise en forme est la partie de flamme qui se trouve contre la cuisse droite de notre trompette : former la flamme en léger creux. Une fois des montage à blanc vous ferez la petite banderole sur la flamme en feuille de plomb que vous collerez. L'aigle, le N et les petits fanions seront peints en trompe l'oeil. Torsader du fil de laiton de ø 0,2 et couper une série de brins. Avec beaucoup de patience, coller un par un les brins en respectant plus ou moins leur verticalité. 

Supprimer les noeuds d'origine, les refaire avec du fil de laiton. Le pavillon de la trompette sera affiné. Commencer à percer un trou relativement profond. Avec votre cuter, reformer le pavillon en forme de cône. Torsader le cordon de trompette, pour cela tripler voir quadrupler le nombre de fil de ø 0,3. Enfiler le cordon dans la trompette et coller la trompette avec le bras. Ajuster le tout et rajouter les pompons.  

Passons maintenant au sabre et à ses bélières. Aucunes difficultés en vue car on ne gardera rien des pièces d'origne sauf la tête de lion. Avec de la feuille de plomb, couper des bandes de 2mm, refaire les boucles avec du fil de ø 0,3mm et pour les anneaux du fil de ø 0,4mm. Combler les anciens positionnements avec du milliput. Avec votre cuter séparer la dragonne du sabre car ils étaient moulés ensemble. 

A cette échelle, il serait dommage de ne pas pousser le détail un peu plus loin, chose qui est plus difficile en 54mm alors surtout n'hésitez pas .... 

 

 

Résultat final avec une peinture de mon pote Daniel Ipperti

  

 

Imprimer E-mail